Rue de Lesterny, 28
6953 FORRIERES | Belgique

+32 (0)475 69 27 66​
phlefebvre@skynet.be

NASSOGNE, CARTE D’IDENTITÉ

Nassogne est une commune francophone de Belgique située dans la province de Luxembourg en Région wallonne. Délimitée à l’ouest par la Province de Namur, Nassogne est limitrophe de Marche-en-Famenne, La Roche-en-Ardenne, Tenneville, Saint-Hubert, Tellin et Rochefort.

Appartenant à l’arrondissement de Marche-en-Famenne, elle est aussi une localité où siègent son administration et ses différents services. Nassogne se divise en 11 villages et hameaux :

  • Nassogne
  • Ambly
  • Bande
  • Charneux
  • Chavanne
  • Forrières
  • Grune
  • Harsin
  • Lesterny
  • Masbourg
  • Mormont

Avec près de 5.400 habitants (2750 hommes et 2650 femmes) pour une superficie totale de 111,96 km2, Nassogne compte une densité de population de 48,11 habitants/km2, ce qui est largement inférieur à celle de la Province de Luxembourg (62,78 habitants/km2).

NASSOGNE, VÉRITABLE PORTE OUVERTE SUR L’ARDENNE BELGE

Nassogne est, géographiquement, une des nombreuses portes de l’Ardenne belge. Cette dernière est le « poumon vert » de la Belgique. Ses bois, forêts, réserves naturelles et rivières constituent des endroits privilégiés pour les amoureux d’écologie, de nature, de faune et de flore. Ce qui étonne, c’est qu’en si peu de kilomètres, une telle densité de nature et une telle diversité d’activités « sports-nature » soient proposées au visiteur.

L’Ardenne est aussi une région clé du tourisme d’histoire et de mémoire en Wallonie. En effet, vous y trouverez de nombreuses traces de la guerre 14-18 et de la bataille des Ardennes, ultime affrontement de la seconde guerre mondiale sur le territoire belge.

Notons d’ailleurs le tristement célèbre massacre perpétré à Bande par une unité allemande, le 24 décembre 1944. Cette veille de Noël, 34 hommes âgés de 20 à 31 ans, des civils habitant le village ainsi que des élèves du petit séminaire de Bastogne, qui avaient fui les combats, furent tués de sang-froid par des soldats allemands ou des collaborateurs ayant revêtu l’uniforme nazi. Le massacre sera d’ailleurs relaté lors du procès de Nuremberg.

Bon nombre de monuments commémoratifs, cimetières et musées consacrés aux deux guerres mondiales, peuvent être visités dans des villes telles que Bastogne, La Roche, Saint-Vith, Arlon ou Neufchâteau. Il n’est donc pas rare de croiser des visiteurs venant de nombreux pays étrangers.

A l’orée de ce poumon vert, Nassogne s’étire entre terre de schiste et terre de grès, entre collines, plateaux et forêts (composées de 60 % de feuillus et 40 % de résineux, elles s’étendent sur plus de la moitié du territoire), aux confins de la Famenne (Marche) jusqu’à Saint-Hubert et ses bois ardennais. La frontière climatique entre l’ensemble des régions de Belgique soumises au climat maritime et la haute Ardenne au climat proche du climat continental se marque là, entre ciel et terre, entre bois et pierre. Il y a coutume de dire qu’en hiver, lorsqu’il neige à Nassogne, il pleut à Forrières et dans les environs !

Parsemée de collines et de vallées, l’entité de Nassogne est une terre idéale pour la balade et la randonnée.

Ses forêts sont profondes et secrètes.  On peut y découvrir un univers intact, sauvage et pur, une flore éblouissante et une faune variée et abondante de cerfs, biches, chevreuils ou encore de sangliers.

C’est à Nassogne que l’Ardenne prend son envol !

HISTOIRE ET MYSTÈRE

Dans les premiers siècles de notre ère, c’est au bord d’une antique petite fontaine du nom de Nassonia que les premières habitations formèrent un ensemble qui lui-même s’appellera Nassonia, Nassoigne, Nassonacum, et plus tard, Nassogne. Notons également que Nassonia est le nom donné à un projet de sanctuaire naturel fort controversé et géré de manière très peu professionnelle par l’actuel bourgmestre (cliquez ici pour en savoir plus sur le projet controversé Nassonia).

Durant le 7e siècle, Nassogne fait à nouveau parler d’elle. À cette époque, un moine écossais du nom de Monon avait reçu mission d’évangéliser la région. Surpris par une bande de villageois adeptes d’un culte druidique, il fut battu à mort.

Quelques dizaines d’années plus tard, Pépin de Herstal, dit le Bref, rehaussa l’église, où le tombeau du moine écossais attirait la vénération de pèlerins, en y fondant financièrement un chapitre de chanoines. L’église deviendra alors collégiale.

L’emplacement historique de l’église de Pépin est toujours celui de l’église collégiale actuelle. Elle a été complètement détruite et rebâtie plusieurs fois. Abîmée par les bombardements de la guerre 1940-1945, elle fut remise en état vers les années 48-49.

AUJOURD’HUI À NASSOGNE

Accueillant, le village de Nassogne compte aujourd’hui plus de 1000 habitants et même s’il n’a pas conservé totalement son caractère essentiellement agricole d’autrefois, il s’est embelli permettant à de nombreux citadins de venir y passer leurs vacances soit à l’hôtel, soit dans des maisons restaurées ou nouvellement bâties.

L’économie générale de Nassogne et de ses villages demeure rurale, tournée vers l’agriculture, l’exploitation des forêts (sylviculture, scieries, anciennement saboteries) et vers l’élevage (bovidés et porcins).

Le tourisme de proximité venu des provinces belges s’est principalement développé, quant à lui, durant la seconde moitié du XXe siècle.

NASSOGNE, UN HAVRE DE PAIX TOURISTIQUE DE TOUTE BEAUTÉ

De magnifiques paysages dévoilent leurs charmes au fil des quatre saisons: mystérieux sous les brumes et les neiges d’hiver, fleuris les mois de printemps, lumineux sous le ciel de juillet et inoubliables lorsque vient l’automne et qu’un rayon de soleil enflamme la palette de ses couleurs allant du rouge au rouille en passant par le brun.

Terre d’élevages de plein air, Nassogne accueille de nombreux artisans producteurs locaux qui travaillent dans le respect des animaux et de la nature, qu’ils s’agissent de cervidés, de porcs des prairies d’Ardenne ou encore de brebis…

Bien entendu, les bons produits du terroir et la gastronomie font partie des atouts de la région qui propose des restaurants de qualité couplés à de nombreuses formules d’hébergements (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes et campings de qualité).

Le bien manger n’est absolument pas incompatible avec l’activité physique ni avec la découverte, en tout cas pas à Nassogne. De nombreuses promenades pédestres balisées, des circuits VTT et cyclo, la Route des Points de Vue ou encore une balade en calèche sont autant de moyens pour aller à la rencontre de cette petite commune rurale où la convivialité des habitants n’a d’égale que leur qualité de vie.

Que ce soit pour la cueillette des champignons, l’écoute du brame du cerf ou pour une simple randonnée, c’est à Nassogne que le rendez-vous est pris !

FORRIÈRES, UNE DESTINÉE À PART

Le village de Forrières (cliquez ici !), quant à lui, a connu une évolution quelque peu différente de celle du reste de Nassogne en raison de l’installation, dès le XIXe siècle, du chemin de fer, de l’expansion des carrières et de la construction d’une usine de transformation de la chaux. L’histoire de Forrières ou Ferario se démarque aussi en raison de la traversée de la Lomme. Cette rivière longue de 46 km, affluent de la Lesse en rive droite qui fait donc partie du bassin versant de la Meuse, prend sa source sur le plateau de Saint-Hubert et plus précisément à Bras (commune de Libramont-Chevigny). A proximité de cette source se trouve la chapelle de Lhommal, datant de 1733. Elle arrose également les villages de Poix-Saint-Hubert (où est située la Centrale Hydroélectrique du Val de Poix), Smuid, Mirwart, Grupont, Lesterny, Jemelle, et la ville de Rochefort, où elle a creusé la grotte de Lorette, pour aller se jeter dans la Lesse à Éprave. C’est un cours d’eau ayant une des plus fortes déclivités en Belgique. Ses eaux claires et poissonneuses attirent encore les passionnés de la pêche à la truite.

Situé à l’intersection des deux grandes régions géologiques que sont la Famenne et l’Ardenne, Forrières doit donc beaucoup à la Lomme. En effet, sa présence a permis la création d’une foulerie et d’une huilerie au XVIe siècle, d’un moulin et d’une brasserie au XVIIe siècle, et enfin de deux scieries (une à bois, l’autre à pierre) et d’une saboterie aux XIXe et XXe. On pouvait constater une forte présence des métiers artisanaux, comme en témoignait l’existence d’une clouterie, d’une fabrique de meubles, d’une fabrique de charbon de bois et des fours à chaux. Dès 1900, la situation basculera radicalement avec l’ouverture de la ligne de chemin de fer Jemelle-Arlon. Grâce à elle, beaucoup de Forriérois trouvèrent un emploi au sein de la société de chemin de fer ou dans les administrations et ministères, dont l’accès leur était dorénavant facilité.

UN AVENIR POUR NASSOGNE

Inscrire Nassogne et ses villages dans un avenir prospère avec une saine gestion tout en préservant le caractère bucolique de ses trésors naturels, voilà le défi que s’est assigné un homme : Philippe LEFÈBVRE (cliquez ici pour en savoir plus sur cet homme de convictions et de combats).

Conseiller communal, habitant Forrières et leader de la liste Ensemble (découvrez en cliquant ici l’équipe et les priorités de la liste Ensemble), il est candidat Bourgmestre et entend bien donner un nouvel élan à sa commune de cœur et ses villages. Pour lui et son équipe, il est grand temps d’arrêter la gestion calamiteuse de Nassogne par l’actuelle majorité, une majorité qui ne s’est absolument pas souciée de l’avenir de la nature et du renouvellement de la flore, une majorité qui n’écoute pas les conseils relatifs aux règles sur les marchés publics, une majorité où le Bourgmestre et le plus haut fonctionnaire de la commune sont frères comme dans une mauvaise histoire moyenâgeuse…

Respecter ses racines en protégeant de nouvelles pousses, voilà un contrat d’avenir pour Nassogne…